Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 16:55

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4. Ces bons apôtres, tout bouffis de mépris pour ceux qui tentent de les démasquer, déploient ainsi une energie hors du commun pour excuser et disculper les apostats criminels destructeurs de l'Eglise. Non contents de ne rien trouver de répréhensible du point de vue des hérésies antiques et traditionnelles, dont les conditions et de procédure ne seraient soi-disant jamais remplies, leurs représentants défient même les catholiques intransigeants sédévacantistes  de pouvoir  qualifier  les escrocs occupant Rome et l'immense majorité des évêchés, de "modernistes" au sens de l'encyclique Pascendi.

 

Mais ces ignares et fiers de l'être n'ont même pas envisagé, - car aucun travail intellectuel émanant de leur milieu n'est susceptible d'attester du contraire, - que l'idéologie moderniste stricto sensu est elle-même datée. Elle représente en quelque sorte  au coeur enseignant de l'Eglise du 19ième siècle,  la déjection conjoncturelle et dérivée de l'idéologie "moderne" héritée de la Renaissance, de la Réforme et de la Révolution. Cette théorie totalitaire professe la séparation infranchissable du divin et de la pensée humaine (son caractère agnostique) et une sujétion ontologique du discours au profit de la conscience  (son caractère vitaliste). Or Si cela a engendré lors de Vatican d'Eux les utopies humanitaristes à la mode que l'on sait, la période post-conciliaire a immédiatement été marquée par le mythe immonde de l'esprit du concile" à une espèce d'hyper-modernisme.  

 

Celui-ci reflète l'idéologie du vide, celle de la post-modernité inaugurée par "l'ère de 1968". Désormais cette vision anthropologique sépare  (d'où le caractère indicible du  "vécu" personnaliste ou "existentiel") le langage d'une part, et d'autre part la pensée et le divin fusionnés (panthéisme  nouveau et innommé ) par le truchement de la conscience purifiant la raison qui purifie la consciece (cf. Ratzinger).

 

(A SUIVRE)

 

 

 

 

 

(A SUIVRE)

Partager cet article

Repost 0

commentaires