Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 15:37

 

 

 

 

 

 

 

 

retranscription littérale de la Première intervention de Martial

sur le catholicapediablog septembre 2013

fil de discussion relatif à l'article  intitulé  "Contre tous ceux qui s'y opposeront"

 

 

 

 

l’abbé Augustin Lémann, dans son ouvrage, L’Antéchrist, 1905.

Certes il dit :
« L’Église a défendu sous peine d’excommunication d’annoncer pour une époque déterminée la venue de l’Antéchrist ou le jour du Jugement dernier. C’est sous Léon X, en l’an 1516, le 14 des Calend. de janvier, au Ve concile œcuménique de Latran (sess. XI, Constit. Supernæ majestatis præsidio) que ce décret, dont voici la teneur, a été porté :

« Nous ordonnons à tous ceux qui exercent la charge de la prédication ou qui l’exerceront dans l’avenir qu’ils ne présument pas de fixer dans leurs prédications ou dans leurs affirmations

un temps déterminé pour les maux futurs, soit pour l’avènement de l’Antéchrist, soit pour le Jugement :

 

attendu que la Vérité dit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité : ceux donc qui, jusqu’à présent, ont osé émettre de pareilles choses, ont menti, et il est avéré que, par leur fait, un grand dommage a été porté à l’autorité de ceux qui prêchent sagement. »                                                                                                              

  

Mes félicitations à Cave Ne Cadas pour la brillante mise au point qu'il vient de faire, et pour la citation dont il a fort opportunément assortie celle-ci, et que j'ai mise en exergue.

 Tous ceux qui, affirment explicitement comme Monsieur Abenader, ou de manière moins franche pour d'autres insinuent, que la période de la fin du temps serait là, se trouvent ici  condamnés. Prétendre esquiver le couperet de NSJC, en invoquant un "commencement" (SIC) de période de fin du monde, ne fait qu'ajouter une circonstance très aggravante. Il appartient au génie malfaisant des  "traditions humaines" condamnées par Notre Sauveur d'ajouter l'ivraie d'un esprit purement naturaliste et terrestre à la Vérité.

Ensuite, s'il faut remercier Monsieur Abedaner d'avoir rédigé notamment un plaidoyer (sous l'article du blogue, précédant le présent article) à l'intention du Catholicapediablog, qui ne ressemble pas à un désinvolte et impersonnel "copié-collé" (à la différence de certains), il faut lui objecter d'entrée de jeu que la disputatio qu'il y a lieu de lancer ne  porte pas sur la validité comparée de fondements scripturaires !

 

Il ne s'agit pas de confronter le degré d'autorité  allégué comme décisif, - jusqu'à suppléer celui du Magistère, - de l'enseignement des Pères de l'Eglise,  avec celui, postulé a priori nul, de révélations privées émanant de Saints de l'Eglise Romaine.  La disputatio  doit donner la possibilité aux lecteurs, comparer deux positions.

 

L'une appartient à ceux du camp dont il se fait l'avocat. Ils semblent remanier la Révélation et refonder l'ecclésiologie, jusqu'à enterrer l'Eglise Catholique dans l'attente de la Parousie, en pratiquant, savoir:

1/une interprétation, dont personne ne peut nier les conditionnements psychosociologiques et culturels, conjoncturels et affectant singulièrement les "chrétiens" occidentaux de la fin du 20° et début du 21° siècle (cf. l'apocalyptisme des sectes protestantes nord-américaines);

2/une interprétation qui réitère sous l'apparente nouveauté conjoncturelle ci-dessus citée, un réflexe de religiosité, intemporel et récurrent au fil des siècles; 

3/une interprétation qui est assise sur un présupposé concordiste: les constatations pratiques actuelles réaliseraient mécaniquement les informations prophétiques telles qu'elles auraient été illustrées par avance, à cette prétendue  fin (connaitre l'époque de la fin du temps), par les Pères et Docteurs de l'Eglise;           

4/ Un interprétation qui conduit à déterminer en théorie et en pratique le début de la fin du monde, ce qui est impossible et solennellement condamné. 

  

Voilà sur quel arrière-fond erroné est fondée la prétendue autorité des "commentaires des Pères et Docteurs" dans l'allégation selon laquelle  que nous serions entrés (depuis quand? jusqu'à quand?) dans la fin du monde. 

  

 

L'autre position appartient à ceux qui affirment que l'Eglise Catholique étant semper idem ab initio, sa Doctrine, ses sacrements et son Gouvernement subsistent réellement sous l'éclipse de la collectivité conciliaire(cf. le terme de Charles). 

La vie de prière, l'intelligibilité du Dogme, et la morale catholiques de ceux-ci ne sont pas altérées et avilies par l'éclipse, à l'inverse de ce qu'il risque d'en advenir chez les apocalyptistes.  L'économie de la Révélation et de l'Eglise ne sort que renforcée par Le Règne du Sacré-Coeur; intérieur et social, il est inscrit dans l'action du Saint-Esprit qui n'effuse pas la Vie Divine seulement dans l'esprit humain. Les révélations privées ne fondent rien par elles-mêmes, elle sont en revanche des  attestations illustrant authentiquement l'intelligibilité de la Vérité incarnée.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires