Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 22:27

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié sur le Catholicapediablog, dans le fil sous l'article "une nouvelle religion?" du 2 février

Martial   

février 2, 2015

« C’est une vraie religion ! » entend-on dire actuellement à tout propos, lorsqu’ils s’agit de discréditer — à juste titre cependant — une idéologie, une propagande, ou une croyance à condamner sans appel.

Tout d’abord, une religion est une réalité qui doit remplir quatre conditions ; si la chose ou la théorie que l’on souhaite disqualifier ne les remplit pas, alors il ne faut pas user de ce terme, sauf à s’asservir au langage de l’Ennemi,  et à participer, indirectement,  à la stigmatisation de la Vraie Religion.

Une religion est un groupe (1) donnant accès (2) au sacré (3) au profit de ses membres (4).

Ensuite, parmi les religions remplissant ces critères extérieurs, une seule, le Catholicisme semper idem, respecte le cœur et la raison, qui se trouvent unifiés dans la foi de ses fidèles et ce, parce qu’elle est la seule Révélée.

 

En dehors d’elle, les sectes d’origine protestante (dont la secte conciliaire) ont emprunté depuis longtemps le chemin de perdition, qui est celui de la division intérieure de leurs adeptes.  Cette division renvoie à une émotion primitive d’un côté, et à un  rationalisme nihiliste de l’autre. Elle éduque des êtres qui sont des adeptes à la maison, et simultanément des « hommes citoyens » à l’extérieur (cf. le rappel récent par L.H. R. de l’homme-double).

Ce chemin leur est tracé par des institutions qui sont des religions respectant ces conditions, mais selon le mode suivant, qui est diamétralement opposé à la Vraie Religion.

Pour chacune d’elle :

— son groupe est élitiste,  c’est donc une religion suprématiste.

— sa voie d’accès est de nature magique ou archaïque,  c’est donc une religion superstitieuse, où la déraison côtoie, dangereusement et sans cesse, les monstrueuses et glaciales passions humaines.

— son sacré est le souverain Mal, c’est une superstition malfaisante.

— ses membres sont occultes c’est donc une superstition tribale.

C’est pourquoi il est erroné et trompeur de chercher, et d’imaginer un quelconque parenté, de quelque nature que ce soit entre Le catholicisme et son Fondateur avec ces immondes sociétés suprématistes et les tout aussi répugnantes religions qui leurs sont assujetties dans le cadre de Noé.

« Très éloignée de l’orthodoxie catholique… Même si Jésus Christ reste la figure de l’idéal moral…  Mais on le dédivinise… »

Non ! leur figure morale est Lucifer !

Non pas une nouvelle religion, mais La nouvelle superstition totalitaire mondiale :

— La sphère privée de la secte superstitieuse tribale satanique est en harmonie avec ses cercles et coteries occultes.

Il est donc imposé à tous les non-membres, et en fausse apparence de manière similaire, de rentrer chacun dans sa sphère privée, domestique, de ne pas en sortir, et de se taire, et d’obéir à l’extérieur !

— La sphère publique, de la res publique monopolisée, est l’empire absolu des lois d’apparence simplement athée, « neutre, respectueuse de la laïcité et de l’égalité des citoyens et de la liberté religieuse pour tous »,

mais en réalité d’inspiration satanique qui y sont édictées, en lieu et place du Droit divin et de la loi naturelle.

Il est donc exigé de tous les non-membres, en fausse apparence de manière similaire à ce que sont censés faire ces législateurs,  « régénérateurs du genre humain » (cf. les « philosophes » et les Révolutionnaires),   conformément au Code des Lois « Philosophiques des Lumières » de taire leur pensée propre à leur « sphère privée »,

et de proclamer haut et fort leur soumission obséquieuse, et d’obéir servilement dans la sphère publique,

aux lois positives, qui  inversent la vérité et le bien pour le plus grand profit de cette « régénération » démasquée par le sang du génocide des martyrs de Vendée et de France, en renouant avec le fil de 1793, pour « fabriquer enfin des républicains », selon la volonté de Robespierre !

 

 

Martial.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Origines Catholicismus - dans L'empire mondial
commenter cet article

commentaires