Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 12:06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UN BAPTEME DE DESIR DE DIEU, POUR UN JOUR,

 

LE BAPTEME D'EAU EN DIEU, POUR CHAQUE JOUR!

 

 

 

 

 

Quelques réflexions à propos des erreurs feeneyistes propagées par le « M.H.F. », et le site « La Foi ».

 

 

 

 

 

M.L'abbé Marchiset, prêtre catholique semper idemjusqu'à il y a peu de temps, semble avoir été victime de certains colporteurs d'égarements destructeurs de la Foi de l'Eglise, et échoué dans des erreurs afférentes au baptême, à la Rédemption et à l'Eglise. Dans le chaos entretenu, à la faveur de l'ignorance coupable et quasi-générale des fidèles, par les perroquets savants, clercs ou non, qui ne sont que de crispés survivantistesde l'Eglise de Pie XII, ou par les individus sans scrupule émanant de l'antre millénaire des ennemis héréditaires de l'Eglise, il convient de récapituler succinctement les objections que soulève la doctrine feeneyiste.

 

 

 

Gardons constamment à l'esprit, en ce sujet comme en tant d'autres, ce double fil conducteur: premièrement la Révélation, telle qu'elle est attestée ab initio par l'Eglise, doit faire plier toutes les autres considérations intellectuelles, affectives, morales ou politiques. Deuxièmement, et nonobstant cet impératif catégorique, la Révélation attestée par l'Eglise est , et demeure, en conformité semper idem avec l'intelligence humaine.

 

 

 

En premier lieu, nous brosserons superficiellement les caractéristiques de l'Eglise dans l'optique des problèmes posés par le feeneysme ; cela nous permettra néanmoins en un deuxième temps de préciser la signification et la portée de cette réalité : devenir, et demeurer, Enfant de l'Eglise.

 

 

 

 

I.- L'EGLISE EST UN ORGANISME VISIBLE ET SURNATUREL

 

 

 

Premièrement.

 

 

1.En une personne humaine, le corps et l'âme, la matière et la forme, sont indissociables.

 

« Or l'âme est l'acte du corpsorganisé, et non pas d'un seul organe seulement. Elle réside dans tout le corps et non dans une partie seulement, puisqu'elle est essentiellement forme du corps. » (Saint Thomas d'Aquin, Somme contre les Gentils,nature des êtres créés, §72)

 

 

 

Deuxièmement : l'erreur de l'identité.

 

 

2. L'Eglise, groupe de personne physiques, n'est pas identique à une personne physique. On ne peut donc pas lui appliquer stricto sensu le régime biologique régissant cette dernière.

 

 

 

Troisièmement. La vérité de l'analogie.

 

 

3.L'Eglise Catholique, synonyme de l'Eglise du Christ, n'est pas un être physique, elle regroupe des êtres humains, donc chacun d'eux est affecté d'un accident ontologique particulier qui celui d'une relation entre des êtres physiques. Cette relation consiste en l'identité de foi, mais aussi de sacrements, et de gouvernement, régnant entre les baptisés.

 

Cette identité de foi détermine le caractère sui generisde l'Eglise, compte-tenu de sa génération, de sa forme et de sa fin, toutes divines. Elle condamne la prétendue nature de «communion entre les croyants », communion énigmatique et indéchiffrable, comme aiment à le proclamer les protestants libéraux, les conciliaires ultra-« modernistes » contemporains (cf. la « communion imparfaite » dans V2), les maçons noachides, etc...

 

 

L'on peut dire à l'unisson de Saint Pie X en son Grand Catéchisme : « En elle, comme dans une personne morale, on peut distinguer un corps et une âme. » (Ch. X,§2). A l'écoute de Pie XII, nous pouvons voir en elle « un organisme visible» : « Si l'Eglise est un corps, il est donc nécessaire qu'elle constitue un organisme un et indivisible, selon les paroles de saint Paul: Bien qu'étant plusieurs, nous ne faisons qu'un seul corps dans le Christ » (Pie XII, Encylique Mystici corporis Christi, voir à hauteur de la note 14)

 

Dans le cadre de cette analogie, Pie XII précise l'interdépendance fonctionnelle existant entre les différents membres du corps. Il ne s'agit donc pas d'une simple mécanique juridique où les divers sujets seraient reliés par des réseaux de droits et d'obligations, mais d'un être qui est vivant de façon singulière et unique, et non pas de la vie biologique des êtres physiques. L'on peut donc dire que l'Eglise est être moral dont la vie ressembleà celle d'une personne.

 

 

Rappelons incidemment que :

 

L'assimilation pure et simple de l'organisme vivant de l'Eglise à celui d'une personne physique, que cette assimilation soit théorique, ou qu'elle soit « pratique », - ce qu'il est difficile de discerner eu égard au laconisme métaphysique et théologique des protagonistes concernés, - a été faite par exemple Jean Arfel. Ce qu'ont dénoncé les Dominicains d'Avrillé. Le catholicapediablog, a publié un article à ce sujet en 2013.

 

L'erreur a été rééditée par Mgr Williamson, selon lequel l'Eglise serait devenue une « pomme pourrie » ; à cet égard, il semble s'être borné à étendre l'enseignement de son ex-supérieur, Mgr Fellay pour qui la Messe serait aussi devenue une «pomme pourrie», étant observé que la Messe n'est certes pas une relation, elle est selon l'enseignement de St Thomas, à la fois une chose et une action.

 

 

 

 

Quatrièmement. Qu'est-ce que l'âme de l'Eglise ?

 

 

1.« L'âme de l'Eglise consiste en ce qu'elle a d'intérieur et de spirituel, c'est-à-dire la foi, l'espérance, la charité, les dons de la grâce et de l'Esprit Saint et tous les trésors célestes qui en sont dérivés par les mérites du Christ Rédempteur et des Saints. » enseigne Saint Pie X, (Gd Cat. ch. X §2)
Il ne s'agit donc pas d'une substance intellectuelle qui serait unie de la façon dont l'âme est unie au corps humain, à titre de forme substantielle. Il ne s'agit pas non plus de l'union entre les deux natures de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui est Dieu s'étant uni une véritable nature humaine.

 

En cette relation particulière et unique d'union ecclésiale, ce qui unit les baptisés c'est la Personne Divine du Saint-Esprit. Elle communique à chacun d'eux, les mêmes vertus théologales, la même Grâce habituelle, et les mêmes Dons. C'est en ce sens que cette communauté, cette union, cette identité de vie communiquée à chacun, constitue le principe unique et spirituel transmis par le Saint-Esprit. On qualifie parfois ce dernier d' «âme incréée» pour préciser sa transcendance par rapport à l'Eglise, et le distinguer de son action sur, et dans, l'Eglise, être de relation unissant les êtres physiques singuliers que sont les baptisés.

 

 

2.Cette âme de l'Eglise présente seulement une analogie, d'abord en son acte d'être, avec l'acte d'être de l'âme d'une personne physique. Saint Paul (1 Rom. 12, 4-5) évoque à propos de l'Eglise, un être organique, où doivent être coordonnés les divers «membres» du « corps ».Mais son âme ne constitue pas la substance spirituelle qui informe le corps biologique ; Saint Thomas voit dans l'Esprit Saint commel'âme de l'Eglise (Exposé sur le Symbole des Apôtres, sent. IIII, dist 13, q.2,a.2. Il faut condamner Maritain qui réduit la notion d'âme incréée à une une hyperbole. En fait, la grâce communiquéepar le Saint Esprit, non pas le Saint-Esprit lui-même, est à l'Eglise, l'équivalent de ce que l'âme est au corps dans l'être humain.

 

 

Elle constitue ensuite une analogie avec la nature divine de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dont l'union avec la nature humaine n'est pas non plus une « information » de cette dernière. Par exemple, Saint Thomas écrit : « Ainsi Arius et Apollinaire affirmèrent-ils que le Verbe jouait à l'égard du corps du Christ le rôle de l'âme ou celui de l'esprit »(Somme contre les Gentils §41) ;

 

Elle signifie la présence divine en elle, en tant que cette présence est un acte d'être, et une existence comme action divine permanente.

 

 

(A SUIVRE)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Origines Catholicismus - dans L EGLISE CATHOLIQUE REELLE
commenter cet article

commentaires