Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 12:27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II. COMMENT DEVENIR MEMBRE DE CET ORGANISME ?

 

 

Cinquièmement. L'accès au corps de l'Eglise.

 

 

1.« Le corps de l'Eglise consiste en ce qu'elle a de visible et d'extérieur, comme l'association de ses fidèles, son culte, son ministère d'enseignement, son organisation extérieure et son gouvernement. »
(Gd Cat. de St Pie X, ibidem).

 

Il ne faut pas être dupe de l'abstraction de la notion de corps et du risque inhérent de l'universaliser. En ce « corps », cependant, l'intelligence humaine distingue: le groupement social des fidèles et leur groupement juridique,- personne morale juridique de Droit divin -, la liturgie, et l'enseignement de sa Doctrine. Là sont les éléments constitutifs qui ne peuvent ne pas être, nécessaires, de l'institution sociale de l'Eglise militante, qui a pour fin le salut des âmes tout au cours de la vie terrestre des fidèles, et est vouée à la plus grande gloire de Dieu. Il est la société, la réunion de tous les baptisés ;

 

mais c'est ici que l'erreur feeneyiste nous invite à préciser les notions de baptême sacramentel et de baptême de désir.

 

 

 

2.Chaque baptisé reçoit de « l'âme incréée de l'Eglise» , du Saint-Esprit, la Grâce sanctifiante, les vertus et les dons, dès qu'il y consent expressément.

 

 

Sur le plan psychologique, chez le fidèle instruit de la Foi, qui l'embrasse et demande le baptême, son acte individuel de volonté, est à l'origine d'une nouvelle forme accidentelle, qui est la rencontre du consentement au don gratuit de la Foi. Ramené à sa plus simple expression, « l'homme désire conformer sa volonté à celle de Dieu ». Dès ce moment, s'accomplit l' exécution instantanée de l'acte de salut par Dieu au profit du nouveau fidèle.

 

Au niveau métaphysique, l'être humain (« matière », sujet subsistant) qui était privé dans le passé, de cette forme nouvelle, l'acquiert pour l'avenir. Il était en puissance d'être sauvé, c'est Dieu qui actualise en donnant cette nouvelle forme d'union de volonté. Si l'individu considéré et sa démarche psychologique notamment sont premiers chronologiquement, il n'empêche que l'actualisation salvatrice qu'il reçoit et la finalité béatifique sont logiquement, et plus encore surnaturellement, premières. La Foi est un don de Dieu.

 

Dans le domaine théologique, La forme essentielle du nouveau Chrétien est ce donindividuel actuel de la Rédemption, au moyen la participation du fidèle, à la Passion, l'absorption dans la Mort, et l'identification à la Résurrection de Notre-Seigneur-Jésus-Christ. Ce don est concomitant à l'acte de consentement qui est également de nature sacrificielle de la part du racheté. Il s'agit de l'acte « de parfaite Charité ou Contrition », exposé par le RP Copello SJ cité par l'Abbé Cekada, qui ajoute : « la contrition parfaite est en elle-même [per se] une disposition immédiate à la justification… » Cet acte fondateur comporte un acte actuel et urgent de recevoir ce don, et la volonté de recevoir le caractère baptismal pour jouir de la Grâce habituelle dans l'avenir.

 

La situation des martyrs :

 

Dès lors, si le fidèle meurt subitement ou accidentellement quelques instants après sa conversion, comme c'est le cas des martyrs,qui ne disposent pas du temps matériel leur permettant de recevoir le caractère baptismal, toujours est-il que la condition de la rédemption se trouve remplie de son côté. Il est entré quasiment directement dans l'Eglise triomphante. Sur un plan pratique, et si l'on s'exprimer ainsi, recevoir le sacrement de baptême, dans ce cas particulier et très exceptionnelne serait pas « utile » puisque recevoir ultérieurement le sacrement de Pénitence, et même de l'Eucharistie, nécessaires de nécessité absolue pour rétablir et maintenir la Grâce habituelle comme c'est le cas dans l'Eglise militante, ne serait plus d'actualité ici, puisque le martyr jouit désormais de la Vision béatifique.

 

 

3.En revanche il est dans la nature des choses divines, et en temps ordinaire par le passage obligé que constitue l'Eglise militante, que cet acte de salut à exécution instantanée soit transformé en un acte à durée successive en quelque sorte, couvrant toute la durée du combat du fidèle en cette vallée de larmes. C'est pourquoi le sacrement du baptême a été institué par Notre-Seigneur Jésus-Christ, acte qui nous incorpore durablement et habituellementdès ici-bas, dans sa Passion et sa Résurrection, par le truchement de son Corps mystique.

 

 

Métaphysiquement le nouveau fidèle (matière) qui, dans le temps, a d'abord attesté de sa certitude par l'acte de contrition parfaite, (génération) reçoit ensuite l'impression du caractère baptismal (nouvelle forme) afin de lui assurer, dans l'écoulement du temps, l'état de grâce (fin). Si on le soumet aux contraintes de la durée de la vie humaine, comme c'est le droit commun de la quasi-totalité des fidèles, il n'est plus qu'en puissance d'être sauvé, dans cette durée, et il doit recevoir le baptême. Le baptême, on l'observe là encore, est en réalité antérieur surnaturellement et logiquement à l'opération initiale du consentement au salut: C'est antérieurement, tant sous le rapport historique que sous le rapport surnaturel, que La Passion de Notre-Seigneur fonde le sacrement du baptême.

 

 

De même, chez celui qui désire le baptême (génération) son attestation de Foi, « le disposant immédiatement à la justification » constitue bien la matière de sa nouvelle substance accidentelle de Catholique, l'administration du sacrement de Baptême (nonobstant les propres causes de ce dernier) , consistant de son côté en la forme de cette substance nouvelle. Sa finalité est d'être un enfant de l'Eglise qui est ipso facto un soldat du Christ.

 

 

(A SUIVRE)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Origines Catholicismus - dans L EGLISE CATHOLIQUE REELLE
commenter cet article

commentaires