Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 13:48

A la suite d'interventions de Charles, et d'Edouard-Marie Laugier,

du 25 juin 2013

 

 

Pour réagir à ce que viennent d’écrire ici Édouard et Charles, il faut garder à l’esprit que l’église Conciliaire a opéré une translation du fait surnaturel de la Révélation, en l’extrayant du Dépôt de la Foi, qui est le trésor de l’Église, et en le transportant,  et artificiellement re-fabriqué,  au sein de leur pseudo-église, (« une vraie maison de maçons » comme disait autrefois frère Bouygues vantant ses maisons…) **


Ils ont procédé simultanément à une semblable translation en ce qui concerne l’Infaillibilité Pontificale : elle est  réellement évacuée,  cependant de manière sinon subreptice du moins implicite,  de leur hiérarchie de faussaires, et régit maintenant sa doctrine herméneutique par essence. L’essence herméneutique de leur « doctrine » est infaillible, à l’instar des mille et une opinions théologiques qui se rencontrent dans le protestantisme libéral, et le  talmudisme. En d’autres termes, le « magistère » est  désormais infailliblement faillible.

 

Or La Question et l’IMBC sont si incompétents qu’ils sont contraints de s’imaginer que le concept et le Dogme d’Infaillibilité auraient conservé le même sens dans les catégories mentales d’un Montini ou de Bergoglio que celui qui appartient à l’Église Catholique.


 L’abbé Calixte en est donc réduit à prétendre que V. d’Eux aurait renoncé à son pouvoir infaillible (!) alors que, lorsque  Montini  en a promulgué les textes,  il a affirmé  une nouvelle règle du jeu infaillible (d’où la formule ad hoc qu’il a utilisée). Et en vertu de cette nouvelle règle infaillible, toute libre interprétation est valide, dès lors  qu’elle se déroule sous l’égide des commissaires-épiscopes de leur comité central « qui est en tel ou tel pays »… Ainsi le comité central de Rome peut-il alors entériner tacitement dans son « M.O.U. » un  « authentique magistère vivant ».  Le  "Magistère" qui aurait été enterré en 312, aurait ressuscité en 1958 : il  serait devenu "Vivant",  concerté, car lorsqu’il est visé  administrativement par le Comité suprême,  il est donc « infaillible » au nouveau sens,  « vivant et authentique », du terme.   


  
** déclaration récente du journaliste conciliaire Grégory Solaris :  »qu’est ce que la Révélation en fin de compte ? Eh bien, La Révélation c’est l’Église ! »  

Partager cet article

Repost 0

commentaires