Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 21:19

suite encore de la 4ième observation

 

 

 

6. Soutenir que le non-catholique homme, qui se convertirait  selon une hypothèse surnaturaliste,  c’est-à-dire un cas d’école de caractère mystique naturaliste, et qui accepterait donc la forme,  c’est affirmer qu’il n y aurait que les contraires ou opposés physiques en présence, sans un sujet concret subsistant.  Le devenir entre les deux choses ne serait qu’une succession d’annihilation et de nouvelle génération, et aucune continuité physique ne serait assurée.

 
Mais la forme instaurant ou restaurant une privation de forme n’est pas non plus une simple substitution de la forme à la privation. L’homme catholique éligible, chose qui devient, persiste et demeure sous le changement. Avec l’élection acceptée, il devient une autre chose accidentelle, la chose devenue.


Il faut donc bien qu’il n’y ait qu’une seule chose d’un seul genre comme matière, et que l’accident qui lui confère la forme appartienne au même genre ;  dès lors le contraire ou l’opposé à cet accident formel n’est pas un accident appartenant à un autre genre, mais seulement une privation provisoire de cette forme.

 

 

En revanche,


 dans l’hypothèse guérardienne actuelle, l’homme non catholique donc inéligible, chose qui devient, serait une chose qui serait devenue une autre chose concrète et physique un pape potentiel, un élu légitime, seulement qui conserverait le caprice de ne pas accepter sine die, et de faire languer le Saint Esprit qui devrait attendre le bon vouloir du faux titulaire de la Chaire de Pierre…

 

En réalité, conformément au Dogme, l’homme catholique éligible est sujet réel et physique, mais aussi sujet logique et  « évanescent » comme nous l’avons dit plus haut : sous ce rapport, à l’instar de l’illettré qui disparait sous le lettré,   « l’étant »  provisoire : soit « le candidat éligible élu qui a été un instant de raison et quels instants matériels d’acceptation psychologique, privé de la forme du pontificat », s’éteint et disparait, au profit de la forme.


Mais sous cette chose logique, le sujet physique réel subsiste : un candidat éligible élu et automatiquement acceptant reçoit la forme. Cette chose nouvelle provient de l’être de son essence physique originaire et du non-être logique de sa privation, seulement logique et éphémère, de forme. De même le lettré vient de l’illettré dans les deux sens différents (sens physique de substance permanente, et sens logique de restauration de la privation de forme).        

Partager cet article

Repost 0

commentaires