Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 20:10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REPONSE A Philippe Tailhades répondant à Mgr Sanborn.

 

Le débat me parait un peu obscurci par les termes employés par Mgr Sanborn, et que  M. Tailhades ne conteste pas.

Il faudrait faire le départ terminologique entre d'un côté le Dépôt de la Foi,  à qualifier de  "doctrine",  (objet de la Foi) et non pas d'"opinions" par mesure de clarté,

de l'autre, l'assentiment donné aux doctrines.  Cet assentiment emprunte aux moins deux natures 

celle de l'opinion, qui est une adhésion un peu dubitative A  une  doctrine;

celle de la certitude, qui est une adhésion entière définitive de l'intelligence à une doctrine.

 

Ensuite,  M. Tailhade objecte à Mgr Sanborn:

" il ne nous dit pas avec quelle autorité un fidèle pourrait imposer au prêtre qui célèbre la Messe un jugement quelconque sur la papauté de Bergoglio. etc. ...».

 

Il est vrai que le fidèle ne peut pas imposer au prêtre, sous le rapport du gouvernement de l'Eglise. Mais il peut imposer son assentiment de certitude ("conclusion théologique") à la doctrine afférente au Pape,  en vertu de l'autorité donnée à l'Eglise et donc à tout fidèle,  autorité qui est antérieure à l'autorité donnée à Saint Pierre, et qui s'impose à  ce dernier. 

Cette autorité est antérieure sur le plan chronologique dans la fondation de l'Eglise par son Divin Maître, sur le plan logique du raisonnement, et sur le plan onto-génétique de la communication de la vie divine dans et par l'Eglise. L'autorité de Saint Pierre est postérieure, et le pouvoir de droit divin prévu par le droit canon est par voie de conséquence postérieur.  

En d'autres termes, le pouvoir du Successeur de Pierre, est un pouvoir lié,  très limité, assujetti: l'autorité historique, doctrinale et sacramentelle de l'Eglise s'impose à l'autorité doctrinale, liturgique, disciplinaire,  - quoique "de droit divin" au sens du droit canon.  

 

Le fidèle est en droit d'invoquer cette autorité, et non pas assurément  l'autorité dérivée du Vicaire du Christ.

 

Je n'ai pas trop approfondi les remarques de Mgr Sanborn. Mais la lacune, pertinemment relevée par  gg relative aux effets du mariage putatif, est fâcheuse. Elle ne fait que corroborer d'autres faiblesses d'analyse chez lui , comme celles de confondre la définition d'une entité sociale d'une part,  avec celle d'une entité étatique et juridique d'autre part, pour en tirer de fausses conclusions théologiques "materialiter" (de la "Thèse") sur ce plan.

 

MARTIAL,

sur le catholicapediablog, sous l'article "réponse à l'opinionisme de Mgr Sanborn,

du 13 janvier 2014.

Partager cet article

Repost 0

commentaires