Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ORIGINES CATHOLICISM
  • ORIGINES CATHOLICISM
  • : Catholicisme apparensiste ou dit "sédévacantiste" Catholicisme des origines, exégèse, philosophie, théologie, philosophie politique, histoire politique
  • Contact

Profil

  • Origines Catholicismus
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique
  • Catholicisme, théologie, philosophie, métaphysique, histoire, politique

Recherche

Articles Récents

Pages

27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 20:51

 

 

 

 

 

 

 

(SUITE immédiate du précédent article XXV)

juillet 2, 2013

 

 

 

Cette condition se situe dans le rapport qui existe entre :
— l’existence,
— et l’essence au sein de chaque étant ou substance.
C’est un rapport d’être (réel, en tant qu’acte d’être)
à être (logique,  essence formelle)
Car dans chaque étant indivisible concret et physique, si l’essence n’est pas elle-même de l’être, elle ne serait rien.
(‘N.B. C’est en ce sens que j’avais fait part de la remarque qui avait perturbé gravement à tort  mon contradicteur, « l’existence de la substance et l’existence de l’essence » et qui se trouve ainsi étayée par un argument d’autorité)
Cependant, en même temps,
L’essence n’est pas de l’être,  sous le rapport précis où l’est ,  l’être.   
Sinon elle serait alors infinie comme  l’est DIEU.
Au sein de la substance, l’essence a un rapport de restriction, de contraction, elle est un « mode »,  d’être dit Saint Thomas.  Dans un sens métaphorique elle ressemble à une « mesure » d’être, (qui n’est ni quantitative, ni qualitative).
Elles sont analogues aux nombres.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires